Job Boost : le comité chômeurs et précaires CGT13 s’invite à la fête

Le comité chômeurs et précaires CGT13 s’est invité le 17 octobre au « Job Boost », un forum organisé à L’Espace des Libertés auquel les demandeurs d’emploi étaient « conviés » pour « prendre des conseils et booster leur recherche d’emploi ». Derrière la vitrine clinquante, la réalité de ce forum est apparue beaucoup plus terne pour les demandeurs d’emploi qui s’y sont retrouvés. Le Comité Chômeurs et Précaires CGT13 nous a envoyé ce témoignage que nous publions dans son intégralité :

« Ce mercredi, le comité chômeurs et précaires CGT 13 était présent devant ce forum à Aubagne où plus de 200 chômeurs avaient été aiguillés en grande partie par Pôle Emploi. Certains mêmes avec la menace de se faire radier. Il serait trop long de faire l’analyse de tout ce qui est problématique dans l’existence de ce forum mais voici quelques éléments qui nous ont interpellés, voir révoltés.

D’abord les organisateurs:  Au dire des responsables, il s’agit de bénévoles mais en réalité il s’agit de patrons de PME qui viennent faire leur petit marché et recruter en dehors du véritable service public de l’emploi que devrait être Pôle Emploi. Parmi ces « bénévoles » on y trouve des lycéens qui sont obligés de servir des cafés toute la journée (et gratuitement bien sûr) pour y valider leur stage. Le tout est accompagné d’entreprises de communication qui viennent y faire leur pub. « Business is business ».

Ensuite la démarche: cette journée a soit disant pour objectif de conseiller les chômeurs sur leurs entretiens d’embauche. Cependant beaucoup de chômeurs étaient mal informés et espéraient avancer dans leur recherche d’emploi. D’autres n’étaient présents que par la contrainte: la peur de se faire radier de Pôle Emploi. Tout est organisé soit disant « pour » les chômeurs mais il est évident que tout était organisé pour les patrons présents.

Les demandeurs d’emploi ne sauraient pas « se vendre »

Sur l’analyse du chômage: si vous êtes au chômage ce n’est pas parce qu’il est organisé et accepté par le patronat et le gouvernement, ce n’est pas parce que l’industrie et les services publics sont détruits sciemment, ce n’est pas parce que le CDI devient une exception. Non c’est de la faute des individus, de chaque travailleur, c’est parce qu’ils ne savent pas faire un CV, une lettre de motivation ou un entretien d’embauche. Non c’est cela leur analyse : c’est parce que nous ne savons pas « nous vendre ».

« Vous êtes vus avant d’être entendus » leur dit-on : oui et c’est bien cela le problème. On pourrait revenir longtemps sur ce problème et expliquer que c’est même un élément de discrimination effroyable mais la place nous manque. Soulignons simplement l’absurdité et l’injustice de cette conception patronale à une heure où nous sommes des millions à nous battre pour simplement avoir le droit de se faire exploiter. De fait, plus nous sommes pauvres, plus nous sommes dans la misère, plus nous avons des problèmes de santé, plus notre « esthétique » en prend un coup, plus notre âge et la difficulté des emplois difficiles et épuisants laissent des traces et plus nous envoyons cette image néfaste qui révulse notre employeur. Le mépris de classe n’a pas de limite.

Le problème du chômage n’est pas lié à des problèmes d’individus, c’est un problème global inhérent à la société actuelle. Plus le chômage est fort et plus les travailleurs se battent entre eux pour accéder à l’emploi aussi dégradé soit-il. C’est pourquoi les patrons, les actionnaires et les gouvernements à leur service n’ont aucun intérêt à se battre contre le chômage car c’est grâce au chômage que les salaires et les conditions de travail se dégradent plus facilement. La solution vient par la lutte collective pour les augmentations de salaire et la protection sociale ainsi que pour des services publics au service des travailleurs. La fin du chômage ne peut venir que de cette lutte collective pour la réappropriation des moyens de production, nos outils de travail, nos services publics, lorsque nous serons suffisamment fort pour imposer un rapport de force qui permettra de les faire fonctionner par et pour les travailleurs ».

En savoir plus sur le comité chômeurs et précaires CGT13

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s