Élections professionnelles : La pêche au leurre

Allons-nous voir bientôt ressurgir des listes en trompe-couillon dressées dans l’unique objectif de réduire le score des listes Cgt à l’issue des élections professionnelles du 6 décembre ? Rien n’est moins improbable.

Déjà en 2014, la Direction municipale avait tenté en vain de nous affaiblir en créant ex-nihilo de nouvelles organisations syndicales, CFTC et FO, pour réduire l’influence de nos syndicats. Et ce ne fut pas une franche réussite, loin de là. Les agents appelés à voter n’avaient pas mordu à l’hameçon et avaient accordé leur confiance aux listes de notre organisation syndicale. Nous avions alors obtenu 80% des sièges (16 sur 20) au sein des instances paritaires que sont la Commission Administrative Paritaire et le Comité Technique Paritaire (*).

Tout au long de leur mandat, les élu(e)s CGT du personnel n’ont pas ménagé leurs efforts pour protéger salariés, améliorer leurs conditions de travail et s’opposer parfois avec vigueur, comme ce fut le cas dans la bataille contre la privatisation de la Cuisine centrale, à la dégradation des services à la population. Ce ne fut pas facile tous les jours. Le dialogue social ne se décrète pas, il se pratique et il faut de l’entraînement pour en saisir toutes les subtilités. Force est de constater qu’il s’agit d’un exercice que ne maîtrise pas la Direction municipale. Cramponnée à ses prérogatives, elle a le plus souvent pris de haut les élu(e)s du personnel.

Alors que nous continuons à faire ce pour quoi nous avons été élus, les délégués CFTC brillent par leur inactivité tout en continuant à bénéficier de ces heures de délégation dont les élu(e)s CGT pourtant majoritaires sont privés. Nous nous sommes fixés une direction: celui de la défense des collègues de travail lorsque c’est nécessaire. Or, la nécessité fait loi et rigueur lorsqu’on prend l’engagement de servir la collectivité. Le constat est cruel : au terme de ce mandat, le bilan de la CFTC est aussi épais qu’une feuille de papier à cigarette. Les délégués FO, quant à eux, ont jeté l’éponge avant même la fin de leur mandat.

La sanction des urnes est la seule réponse valable à cette facétie. Le 6 décembre, nous aurons la possibilité de renforcer une organisation syndicale qui n’a pas à rougir de son mandat et d’établir enfin un rapport de force favorable à un dialogue social apaisé. Nous ne sommes pas dupes : les tentatives pour constituer à la va-vite de nouvelles listes CFTC dans une méthode tout à fait inédite sont symptomatiques d’une fébrilité qui gagne les étages supérieurs. Sinon pourquoi inciter par voie hiérarchique des agents à se présenter sur les listes CFTC ? Il ne s’agit pas d’une simple maladresse. La méthode est condamnable et mérite une sanction au-delà du simple avertissement. Le 6 décembre nous comptons sur votre soutien pour que la pression change de côté.

(*) CTP : 57,84% – CAP catégorie A : 100% – CAP catégorie B : 100% – CAP catégorie C : 67,55%.

Un commentaire

  • Quoi vous dire, la vérité rien que la vérité toute la vérité, effectivement la CGT a sus relever la tête en 2014 et faire face à une politique d’austérité, le capital humain été sacrifier pour laisser place au capital tel qu’on le connaît c’est-à-dire monnaie monnaie.
    Heureusement que les forces vives de cette ville en sus tenir tête et ralentir voir freiner certaines mesures destructrice du service public jusqu’à aujourd’hui. Donc pour ma part oui la CGT vaincra, la CGT vivra.
    Ici crois-moi tu crains dégun assume ton choix.
    Juste un convaincu.

Répondre à Antonio Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s