CGT : la lettre à Édouard Philippe

Dans un courrier adressé au Premier Ministre Édouard Philippe, le Secrétaire général de la CGT Philippe Martinez explique les raisons pour lesquelles notre organisation syndicale a refusé de participer à la réunion du 11 janvier à Matignon avec comme ordre du jour le « grand débat national ». La CGT refuse de participer à toute réunion qui consisterait à servir d’alibi à un pseudo dialogue social.

Monsieur le Premier Ministre,

Vous nous conviez à une réunion ce vendredi 11 janvier à Matignon avec comme ordre du jour, le grand débat national. Outre les délais rapides de convocation, je tiens à vous rappeler que nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de vous exprimer notre point de vue sur la situation économique et sociale de notre pays.

Nous avons formulé dans le même temps des propositions concrètes. Les dernières en date sont la rencontre à l’Élysée avec le président de la République et je vous ai personnellement envoyé un courrier le 19 décembre plus spécifiquement sur les questions du SMIC et des salaires.

Dans le premier cas, nous avons écouté les vœux du président de la République au soir du 31 décembre qui a démontré ô combien il avait été attentif et à l’écoute des remarques et propositions de la CGT mais plus globalement des organisations syndicales de salariés! … Ce dernier a en effet confirmé que rien ne changeait sur la stratégie et les mesures annoncées.

Dans le second cas, ce courrier est à ce jour, toujours sans réponse. L’absence de la Ministre du Travail lors de la CNNC citée dans son courrier symbolise parfaitement la considération du gouvernement pour cette question mais également pour ceux que vous nommez « des partenaires sociaux ».

La récente annonce du montant des dividendes versés aux actionnaires des groupes du CAC 40 à hauteur de 57,4 milliards d’euros l’an dernier, soit une progression de 12% en un an et de 62% sur 10 ans, montre combien le partage des richesses créées dans ce pays est inéquitable. C’est bien cette question qu’il faut traiter d’urgence.

En conséquence, nous refusons de participer à toute nouvelle réunion au niveau national qui ne consisterait qu’à servir d’alibi à un pseudo dialogue social.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, mes salutations distinguées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s