Road movie dans la France d’aujourd’hui

Inspiré par le mouvement des gilets jaunes, le député-reporter François Ruffin a décidé de réaliser un film pour montrer le vrai quotidien des manifestants. Co-réalisé avec Gilles Perret, « J’veux du soleil » est diffusé jeudi 18 avril à 19h au cinéma Le Pagnol. La soirée sera animée par des membres de l’équipe du journal Fakir, Forum Citoyen et Gilets Jaunes.

S’il y a bien un député dont la proximité avec ses électeurs est incontestable c’est François Ruffin (LFI), véritable poil à gratter de la caste d’en haut. On se souvient de son intervention à l’Assemblée Nationale pour défendre les clubs de football amateur où il avait secoué le protocole poussiéreux de cette institution en portant le maillot d’un de ces petits clubs forts démunis.

Réalisateur du documentaire à succès « Merci Patron » (couronné d’un César en 2016), rédacteur en chef du journal « Fakir » (« fâché avec tout le monde »), le « député-reporter », comme il se surnomme lui-même, a encore frappé. L’élu insoumis de la Somme, d’ordinaire très actif sur les bancs de l’Assemblée nationale, a déserté ses rangs du 10 et du 17 décembre 2018 pour arpenter les ronds-points à la rencontre des gilets jaunes. Avec le réalisateur Gilles Perret  (L’Insoumis, La Sociale, Les Jours Heureux), il est parti en un road-movie dans la France d’aujourd’hui, comme en une hasardeuse chasse aux papillons, avec en guise de filet une caméra, pour capturer cet instant, magique, pour saisir sur le vif les visages et les voix des Corinne, des Carine, des Khaled, des Rémi, des Denis, des Cindy, des Marie, d’habitude résignés, longtemps abattus, qui se sont dressés contre l’éternité d’une fatalité.

« J’veux du soleil » montre le vrai visage de cette France qui s’est levée contre l’injustice sociale

Est-ce le boulot d’un député de réaliser un film-documentaire ? François Ruffin, qui se doutait qu’on le titillerait sur le sujet, a anticipé la question : « Mon boulot, c’est de représenter la Nation. Et là, ce que je fais, c’est lui donner un visage. » Un visage « beau », précise le député-reporter, « Pas ces espèces de Gilets jaunes pestiférés et lépreux que nous donnent à voir les dominants. » « J’veux du soleil » montre le vrai visage de cette France qui s’est levée contre l’injustice sociale. Il faudrait des journalistes moins paresseux pour passer de l’autre côté du miroir, faire le taf comme on dit plutôt que de guetter le moindre incident qui pourrait apporter de l’eau à celles et ceux, éditorialistes aux ordres et politiciens au chevet du système, qui n’ont que mépris pour ces gens d’en bas qui osent relever la tête.

François Ruffin , celui qui avait décidé de ne se verser qu’un Smic pour ses activités à l’Assemblée nationale, a dit que les bénéfices tirés du film, s’il y en avait, seraient reversés au Secours populaire, « Qu’il ne reste pas, de ce beau moment, que les images de BFM TV. Ce film ne passera pas en prime time sur TF1. Il n’existera que si des gens s’en saisissent, organisent des projections, l’utilisent pour leurs mobilisations ».

Jeudi 18 avril à 19h au cinéma Le Pagnol à Aubagne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s