Ville d’Aubagne : l’Administration municipale refuse le dialogue

Décidément rien n’y fait. En dépit des tentatives des élu.e.s du personnel pour ouvrir un dialogue avec l’administration municipale et tenter de travailler avec elle à un examen pertinent et juste des dossiers de promotion interne, cette dernière se mure dans un silence qui en dit long sur sa volonté d’ouverture. L’intersyndicale CGT/FSU du personnel appelle à une réaction forte des agents pour défendre leurs droits. Elle pose un préavis de grève le 16 octobre.

Suite à l’annonce verbale de la Directrice des Ressources Humaines  du report de la Commission Administrative Paritaire (CAP) au 16 octobre initialement prévue le 20 septembre, sans que nous en soi(en)t depuis notifiée(s) explicitement la, les raisons, nous vous avons adressé un courrier le 12 septembre avec une relance datée du 19 septembre demandant d’avancer le plus tôt possible la réunion programmée sur les critères d’évaluation afin d’y travailler conjointement avant la CAP prévue… Depuis nous n’avons toujours pas de réponse.

Cette demande s’inscrit dans la mise en œuvre de négociations pour la prise en compte nos revendications avant la CAP comme nous l’avons formulé depuis maintenant des mois. Nous espérions ainsi que ce report annoncé verbalement serait mis à profit pour avancer conjointement. Car le temps dont nous disposons est restreint au regard de la multitude de points à aborder. De plus, en cas d’accord, la mise en œuvre serait forcément conséquente.

Nous sommes donc dans l’obligation d’interpréter ce manque de réaction.
En l’absence de réponse, nous sommes contraints, une nouvelle fois, au rapport de forces.

C’est factuel, n’y a point de volonté de dialogue.
Il s’agit avant tout pour cette municipalité, les responsables de son administration de gagner du temps et de faire mine d’avoir entendu nos légitimes revendications. Nous sommes lassés de ces non réponses et de « l’enfumage » permanent de notre Directeur Général des Services payé très cher pour faire cette sale besogne.

Monsieur Gazay maire d’Aubagne ne veut donc pas négocier. Il continu à mépriser, négliger, contraindre… À quand la prochaine menace pour qui ne pense pas comme lui ? C’est devenu une évidence pour beaucoup ; ses manières de faire ne conviennent pas, y compris chez ses anciens amis.

Quant à nous, notre engagement est de défendre les agents du Service Public et leurs «conquis» sociaux quelle que soit l’adversité. Faire vivre une Fonction Publique au service de l’émancipation. Lutter contre toutes les injustices. Œuvrer pour que le dialogue social soit une réalité. Être force de propositions. Négocier en cas de désaccord… Utiliser la mobilisation si cela est nécessaire. Cela le devient.

Les élus CAP des listes CGT, ICTAM-Cgt, FSU.

2 Commentaires

  • Suite à l’appel à la mobilisation lancé par les organisations syndicales du personnel de la Ville d’Aubagne, la réponse de l’administration municipale est arrivée : « …Vous n’ignorez pas..que ce report avait une valeur symbolique, ce qui confirme la tenue d’une CAP le 16 octobre, sur le même contenu ». Ainsi tout est dit. Il n’y aura aucune sorte de négociation avec les représentants élus du personnel, ni travail commun ni un soupçon de dialogue. En fuyant le débat et l’échange avec les représentants du personnel, élus démocratiquement, cette municipalité et son administration se moquent éperdument de leurs propres salariés, de leurs droits, de leur avis et, au-delà, de la population d’Aubagne qui souffre déjà suffisamment de la déliquescence des services publics de proximité. Il faut s’interroger sur les raisons qui amènent cette municipalité à agir de manière inconséquente en provoquant un conflit que les organisations syndicales ont tenté d’éviter en invitant au dialogue. Dans quel but cette municipalité met-elle de l’huile sur le feu ? À jouer le pompier pyromane ne risque t-elle pas un embrasement ? Est-ce ainsi que l’on gère une ville ? Nous n’avons pas toutes les réponses à ces questions mais il est une évidence : en fuyant l’espace démocratique, en refusant le dialogue avec les partenaires sociaux, elle se mure davantage dans ce qui ressemble à un déni de réalité, galvanisée par un sentiment de toute-puissance qui l’aveugle. Seule alternative pour faire entendre la voix des salariés : le rapport de force. L’appel à la grève le 16 octobre est donc maintenu et doit être massivement suivi pour que ce bras-de-fer tourne en faveur de la raison et de l’intérêt général contre le mépris et la suffisance de ces nouveaux monarques.

  • Tendez l’oreille : on peut déjà entendre les cris d’orfraie et la fausse indignation de ces gens-là. Ils n’hésiteront pas, le moment venu, si le conflit annoncé venait à se durcir et dans l’objectif de masquer leurs responsabilités, à dénoncer l’attitude de ces « privilégiés » qui prennent la population « en otage ». Rappelez-vous : C’est ainsi que la municipalité LR avait tenté de la manière la plus médiocre de diviser les Aubagnais lors du conflit contre la privatisation de la Cuisine Centrale. C’est dans son ADN : diviser pour mieux régner. Et dans la campagne municipale qui va s’ouvrir – nous sommes à six mois d’une échéance importante pour notre ville – ils n’hésiteront pas non plus à verser dans le complotisme en jouant les victimes d’une conspiration ourdie par l’opposition. Nous voilà donc prévenus.

Répondre à Colonel Moutarde Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s