Mesdames, et messieurs les élus de la CAP

Que venons-nous donc tous faire ici ? C’est la question posée au maire d’Aubagne et aux membres de la Commission Administrative Paritaire (CAP) par les élus des listes CGT et FSU du personnel de la Ville. En préambule à cette commission qui avait lieu ce mercredi, ils ont lu une motion dans laquelle ils déplorent l’incapacité de la municipalité à dialoguer avec les élus de son personnel, les discriminations professionnelles et la dégradation des conditions de travail. Nous publions in extenso cette déclaration.

Mesdames, et messieurs les élus de la CAP,

Voilà maintenant près de 4 mois que cette CAP était initialement programmée. Après 2 reports qui n’ont rien changé de son contenu, nous voilà réunis. Comment sommes-nous arrivés à cette situation ?

Tant sur le fond que sur la forme il est à déplorer le manque de capacité de cette municipalité à véritablement dialoguer avec la majorité des élus de son personnel et plus largement la représentation syndicale qui ne lui convient pas.

C’est bien là le problème ! N’être pas d’accord est une chose, mais avoir la capacité à dialoguer de manière constructive, c’est-à-dire négocier, en est une autre. Monsieur Gazay maire d’Aubagne a dès le début de son mandat lors du conflit de la Cuisine Centrale en 2015 donné le ton. Lorsque qu’il a été question de négocier et de sortir de l’impasse du conflit, sa réponse lapidaire a été : « Vous voulez me faire changer d’avis, il en n’est pas question ». Tout était donc déjà dit !

Sa méthode, que nous avons pu voir largement se confirmer depuis, est la contrainte. Il y a quelques jours encore lors du dernier Conseil Municipal, il claironnait «… nous décidons, puis consultons …». C’est dire la considération qu’il peut avoir des différentes instances consultatives prévues par la réglementation – donc de celle-ci – pour émettre un avis avant décision.

Méthode corroborée par les responsables de son administration puisqu’ils nous disent concernant notamment cette CAP que tout est déjà décidé.

Que venons-nous donc tous faire ici ? À l’évidence pour notre maire il ne s’agit que de satisfaire à une obligation réglementaire. Qu’elle soit la plus courte possible dans un simulacre de concertation est son parti pris. Lorsqu’il instrumentalise son syndicat  « maison » bien corvéable, pour tenter de prouver son légalisme, cela devient franchement une mascarade.

Monsieur le maire, à force de n’être que dans le soliloque, vous restez sourd à tout autre avis que le vôtre. Même vos anciens amis le disent… Quant à nous, ayez l’assurance que nous assumerons pleinement notre rôle et ce jusqu’à la fin de notre mandat qui à ce jour doit nous mener à fin 2022. Le vôtre prend fin dans 6 mois… Sachez donc que vous n’êtes là pas bien pertinent sur le fond et encore moins sur la forme.

Gagner du temps et que rien ne change serait-il le crédo de cette municipalité ?

En effet, comment donc expliquer que l’administration ait attendu 15 mois depuis la CAP de juillet 2018 où vous lui avez demandé, Monsieur le Maire, de mettre en œuvre avec les élus du personnel un travail sur les évaluations et les critères  pour la promotion interne ?

Pire, comment expliquer que les propositions concernant ces sujets, faites par  les représentants des listes CGT transmises en mars 2019 commencent seulement à être prises en compte ?

Il aura fallu  des semaines, des mois de sollicitations et la mobilisation pour que commence bien tard un pseudo dialogue. Car en effet, le choix de tester des solutions sans aucune concertation et dans la précipitation s’est avéré bien évidement déficient. Pour autant le mécontentement est bien là, les discriminations professionnelles aussi, tout comme la dégradation des conditions de travail et le non-respect des partenaires sociaux.

Vous et votre administration avez méprisé en refusant la moindre des bienséances… Pourtant le moindre des respects est de répondre  aux élus de son personnel quelles que soient leurs demandes formulées, d’autant plus si elles sont en plus réitérées.

Vous et votre administration avez négligé toutes nos contributions, tant vous êtes soucieux d’imposer vos désidératas.

Vous et votre administration avez menti en réinterprétant loi et réglementation à loisir, notamment dernièrement sur l’exercice du droit de grève.

Vous et votre administration avez contraint sur la forme comme sur le fond sans le moindre respect.

Vous et votre administration avez  provoqué en accordant « la symbolique » d’un report à percevoir comme un geste de mansuétude.  Mais nous avons que faire d’un report s’il n’est pas mis à profit pour régler le conflit ! En fait, Il vous est  «utile» avant tout pour faire croire à l’ensemble des agents de votre capacité d’écoute et de compréhension.

En définitive après nous avoir accablés de l’annulation de la CAP de juin, voilà qu’en septembre vous la reportez sans raison officielle autre que la symbolique. La majorité des agents n’en sont pas dupes. Ils voient bien que cela fait des mois que l’on vous demande réellement de dialoguer et que vous refusez de l’entendre. Par cette attitude, vous niez, une fois de plus, leurs élus les représentant et les organisations syndicales autres que celle que vous chérissez.

Sachez bien que nous n’avons aucune prétention contrairement à ce que vous dites à diriger cette ville, c’est hélas vous qui avez été élus pour le faire.

En l’absence de négociations nécessaires nous serons contraints au rapport de forces. En 6 mois, puisque c’est la fin du mandat de cette municipalité, il y a de quoi faire.

Les élus CAP des listes CGT, ICTAM-Cgt, FSU.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s