Accéder au contenu principal

La santé n’a pas de prix

La crise sanitaire passée, il faudra que le gouvernement prenne ses responsabilités afin que les professionnels hospitaliers et des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, privé et public, puissent assurer leur mission dans les meilleures conditions. Elles et ils n’oublient pas qu’avant cette crise le gouvernement a fermé 4418 lits d’hospitalisation dans notre pays ces deux dernières années, dégradant les conditions de travail et la qualité de la prise en charge.

Dans un communiqué le 17 mars, la Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale a pris acte des mesures annoncées par le Président de la République. Elle appelle toutes et tous à prendre ses responsabilités dans cette période de crise sanitaire, notamment le gouvernement qui doit infléchir sa politique en direction de l’hôpital public.

Nous ne pouvons que noter que l’exécutif a pris des mesures fortes pour que les professionnels hospitaliers et des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, privé et public, puissent assurer leur mission au mieux et ne pas être encore plis surchargé par l’afflux de personnels malades.

Dans cette période nous soulignions que les missions de service public et l’hôpital public avec ces agents.e.s et ses salarié.e.s sont en première ligne.

Les remerciements du Président ne pourront pas avoir un réel écho aux oreilles des personnels, que s’ils sont suivis d’actes concrets en matière de financements nécessaires et de prise en compte des revendications qu’ils portent depuis plusieurs mois afin d’améliorer notre système de santé et de protection sociale.

Elles et ils n’oublient pas qu’avant cette crise le gouvernement a fermé 4418 lits d’hospitalisation dans notre pays ces deux dernières années, dégradant les conditions de travail et la qualité de la prise en charge.

Si nous sommes en « guerre » aujourd’hui, cette pandémie doit nous alerter sur l’urgence de créer de manière pérenne les conditions d’ouverture de lits, de services et d’établissements sur tout le territoire dans la proximité et au plus près de la population.

« La santé n’a pas de prix », à ce titre le service public de santé et d’action sociale doit rentrer dans les prérogatives régaliennes de l’État.

La Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale est aux côtés des travailleuses et travailleurs qui sont sur le front au quotidien avec dévouement et professionnalisme pour faire face à la situation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s