Accéder au contenu principal

Seul, envers et contre tous

Alors que la crise sanitaire requiert solidarité et intelligence collective afin de permettre à chacun d’entre nous d’affronter cette période particulièrement anxiogène, Gérard Gazay continue à refuser obstinément de dialoguer avec les élus du personnel municipal. Dans un communiqué commun les représentants CGT des agents territoriaux d’Aubagne dénoncent cette posture de monarque et alertent sur les conditions sanitaires de la réouverture des écoles.

Décider seul envers et contre tous ! L’autocrate, quelle que soit la situation, veut toujours avoir raison. Récemment, notre maire qui veut se construire une légitimité dans la perspective des prochaines élections, a claironné sa volonté de dialogue social et d’échange avec les représentants du personnel et des syndicats des territoriaux de la Ville et du CCAS d’Aubagne.

Ce n’est hélas qu’un effet d’annonce. Sa pratique de la langue de bois prône le dialogue… sans le vouloir un instant. Même dans la situation dramatique à laquelle nous sommes tous confrontés depuis maintenant plus de 50 jours, cette réalité est un fait. Pourtant, cette crise sanitaire est très anxiogène pour beaucoup, d’où l’importance de l’information et des relais d’information.

Face aux difficultés, nombreux en conviennent les solutions viendront du partage et de la solidarité, pas du
repli sur soi. Il faut donc utiliser l’intelligence collective ! Depuis le début de cette crise les représentants de la CGT n’ont eu de cesse de solliciter, sans réponse, le maire et les responsables de son administration. Très peu d’informations sont transmises… Manifestement à la ville d’Aubagne, il n’y a aucune volonté de veiller à communiquer correctement avec le personnel et leurs représentants contrairement à ce que beaucoup d’autres collectivités ont fait dès le début de la crise
sanitaire.

Manifestement à la ville d’Aubagne, il n’y a aucune volonté de veiller à communiquer correctement avec le personnel et leurs représentants

À se demander si à la Ville d’Aubagne, à part le maire qui multiplie les effets d’annonces électoralistes, il y avait quelqu’un pour diriger cette ville. Quasiment 40 jours sans échanges avec les élus du personnel depuis le début du confinement à tel point que ces derniers ont dû provoquer la tenue d’un CHSCT le 23 avril. Le Directeur Général des Services de cette ville a été particulièrement absent depuis le début de la crise, lui qui pourtant toute la durée du mandat a été omnipotent. On apprend mi-avril qu’il part à la retraite à la fin du mois. Doit-on y voir une cause à effet ? Toujours est-il qu’en cette période de crise sanitaire nous n’avons toujours pas d’interlocuteurs… et la situation perdure.

Pourtant, l’exécutif de ce pays a décidé du déconfinement à partir du 11 mai. Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre de ce déconfinement progressif annoncé par le gouvernement, il a été demandé aux villes de ré-ouvrir les écoles dès la semaine prochaine pour accueillir les enfants. Beaucoup de maires ont fait part de leurs inquiétudes quant au manque d’informations sur les conditions de cette reprise d’activité. Cette décision de l’exécutif national est loin de faire l’unanimité et les conditions de cette rentrée des classes dans le cadre de cette crise sanitaire non plus. Localement, les propos récents du maire d’Aubagne dans la presse s’en faisaient l’écho. Effet d’annonce pour aller dans le sens des
interrogations de ses concitoyens toujours dans un but électoraliste ?

Il faut dire que l’absence de précisions sur les conditions sanitaires de cette réouverture des écoles et les nécessaires moyens pour ce faire sont loin de satisfaire beaucoup d’entre nous. Nombre de maires s’en sont émus et certains même refusent cette rentrée des classes. Comment alors peut-on s’offusquer d’un tel manque d’informations et en même temps faire en sorte de reproduire ce manque d’informations en direction de son personnel !?

Est-il donc nécessaire de rappeler que pour l’instant, malgré les tentatives du Sénat d’en changer (certainement là aussi dans le but des élections sénatoriales de 2021) et suite aux directives du Ministère du Travail, et dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le coronavirus, l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés sous peine de poursuites pénales (article L. 4121-1 du Code du Travail). Il ne doit pas seulement diminuer le risque de contamination mais l’empêcher.

Pourtant la « bienveillance » claironnée à qui veut l’entendre de notre maire, voudrait qu’il veille tout particulièrement à ce que les conditions de reprises du travail et de la rentrée des écoles soient irréprochables pour la santé de tous et parfaitement communiquées à son personnel.

La fédération CGT de la Fonction Publique a déposé un préavis de grève jusqu’à la fin du mois, si le dialogue reste dans l’impasse et les conditions toujours non explicitées, nous appellerons les agents à la grève. Pour l’instant, nous rejoignons les parents d’élèves, les syndicats d’enseignants et les maires d’autres communes qui ont eu l’intelligence de le dire.

NON, Monsieur le Maire, n’ouvrez pas les écoles le 11 mai !

Les représentants des syndicats CGT des Territoriaux de la Ville d’Aubagne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s