Accéder au contenu principal

Ville d’Aubagne : « Ce n’était pas une partie de plaisir »

Alors que nombre d’agents municipaux ont continué à assurer leurs missions de service public pendant la période du confinement, Gérard Gazay reste muet quant à l’octroi d’une prime exceptionnelle évoquée par l’exécutif national. En revanche, il a pris la décision de soustraire six jours de congés à l’ensemble du personnel municipal. Dans une lettre adressée aux agents que nous publions ci-dessous, les représentants CGT du personnel s’indignent de l’attitude du maire sortant.

Les organisations syndicales CGT espèrent que vous et vos familles allez bien. Avec la reprise qui s’annonce, nous espérons tous que le plus grave est derrière nous et que le retour à la normale s’effectue rapidement. Nous tenons à saluer tous les agents mobilisés dans cette crise, responsables et soucieux de la valeur du service public.

La crise sanitaire que nous vivons depuis des semaines est exceptionnelle. Cette situation est anxiogène pour beaucoup. Elle nous interpelle sur les mesures nécessaires à mettre en œuvre au travail. Dès le début de cette crise les élus du personnel CGT et particulièrement les membres CGT du CHSCT ont été attentif à ce que les conditions de sécurité, de cessation d’activité, de mise en protection, soient correctement appliquées et bien respectées et tout particulièrement pour les agents positionnés en présentiel.

Cependant, en tant que représentants du personnel ou d’organisations syndicales, il a été très difficile d’obtenir de la municipalité les informations primordiales concernant la mise en œuvre des mesures de protection sanitaires. En effet, le Plan de Continuité d’Activité (PCA) nous a été communiqué qu’après plusieurs semaine de mise au confinement, malgré nos multiples sollicitations en direction du maire et des responsables de son administrations alors que dans le même temps ces derniers clamaient haut et fort que le dialogue social était important. Ils annonçaient s’employer à associer élus du personnel et organisations syndicales.

Faux ! Effets d’annonce électoralistes, certainement ! Il s’agit avant tout pour lui de passer pour l’homme consensuel de cette crise et donc providentiel pour la suite… tout en continuant dans les actes une gestion autocratique excluant entre autres les partenaires sociaux. Outre le fait qu’il serait bien temps que le dialogue social soit une réalité, la démarche du maire sortant n’a pour objectif que sa réélection.

Après le CHSCT de crise du 18/03  qui s’est réunis en comité restreint, faute d’informations, les représentants CGT ont demandé la réunion à nouveau d’un CHSCT qui a eu lieu de  du  23 avril  soit plus d’un mois après pour en obtenir et faire part de légitime revendications liées à cette crise.

Ainsi, il a été demandé que les agents qui ont été maintenu au travail puissent bénéficier d’une prime exceptionnelle évoquée par l’exécutif national et mis en place par exemple dans notre Métropole.

Cette prime exceptionnelle peut aller jusqu’à 1000 euros exonérée d’impôt et de cotisation sociale avec un mode d’attribution pour les agents positionnés en présentiel de 35 euros par jour jusqu’au 19ème jour et forfaitisé à 1000 euros à partir du 20ème jour.

Pourquoi la Ville d’Aubagne ne l’a toujours pas mis en œuvre ? Les finances de la Métropole ne sont pourtant pas meilleures qu’à Aubagne. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles… la reconnaissance aux agents le vaut bien.

A été abordé aussi l’éventualité de retenues ou pas de RTT ou de jours de congés évoquées par l’exécutif national… Monsieur Gérard Gazay a décidé d’imposé « La prise de 6 jours de congés annuels par l’ensemble des agents positionnés en ASA ou en télétravail de niveau 1 et 2 depuis le 17 avril, aux termes de l’article 2 de l’ordonnance du 15 avril 2020 ». L’article 7 précise bien pourtant que les dispositions de cette ordonnance sont au choix de l’autorité territoriale.

Là encore, la Métropole, le Conseil Départemental et le Conseil Régional ont pris une décision différente et n’ont pas appliqué cette ordonnance et aucune retenue de congés n’a été faite.

Pourquoi donc Monsieur Le Maire d’Aubagne s’acharne-t-il donc à « sanctionner » les agents de la Ville, en refusant de leur accorder la moindre mesure de bienveillance ? Ils ont pourtant vécu cette situation exceptionnelle tout comme les agents de la Métropole, du Département ou de la Région ou d’ailleurs.

Ce confinement contraint n’a pas été des vacances. Certains ont dû continuer à travailler pour préserver un minimum de fonctionnement de la collectivité, les autres ont subi cette situation difficile avec application pour endiguer la propagation du virus et ralentir cette pandémie. Ce n’était pas une partie de plaisir et en aucun cas des vacances.

Nous citerons en conclusion la formulation du président du CNFPT qui est loin par ailleurs en temps normal de défendre les intérêts de travailleurs : « … la période de confinement est antinomique avec l’essence même des congés payés qui sont par définition, des moments d’évasion et de sérénité. Aucun congé ne doit être imposé ! »

À Aubagne, à l’opposé de ces homologues responsables de collectivité, notre maire en décide autrement et impose. Nous lui demandons donc solennellement de revenir sur ses décisions :

En accordant une prime aux agents qui depuis le début de cette crise ont continuant à travail au contact du public.

En n’appliquant aucune retenue sur les RTT ou les congés payés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s