Accéder au contenu principal

CategoryL’Actu

La commune, premier maillon de la démocratie

L’Union locale des syndicats CGT du pays d’Aubagne appelle les électeurs et électrices à choisir dimanche les listes de progrès social pour le droit de vivre dignement. C’est ici, dans les communes concernées par ce scrutin, que les citoyens peuvent faire entendre leurs voix et envoyer ce message clair : le monde d’avant, on n’en veut plus!

Le 16 juin : Une marche blanche pour l’Hôpital

Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une “journée d’action nationale” le 16 juin, afin que le gouvernement “prenne en compte l’ensemble de leurs revendications”. Une « Marche blanche » est organisée ce jour-là à Aubagne pour soutenir le centre hospitalier Edmond-Garcin.

Prime aux agents : Gérard Gazay fait volte-face

A t-il été sensible aux revendications légitimes des représentants Cgt du personnel municipal ou s’agit-il d’une posture électoraliste? Toujours est-il que, dans un revirement total, le maire d’Aubagne promet de verser une prime aux agents municipaux mobilisés pendant la crise sanitaire et de n’appliquer aucune retenue sur les RTT ou les congés payés.

Grande collecte solidaire

Le Cercle de l’Harmonie, Coronavirus Solidarité Aubagne, Rassemblé·e·s pour Aubagne et l’Union locale des syndicats CGT organisent une grande collecte solidaire le 6 juin au profit du Secours Populaire, de la Maison du Partage, d’Urgences et Solidarités.

Ville d’Aubagne : « Ce n’était pas une partie de plaisir »

Alors que nombre d’agents municipaux ont continué à assurer leurs missions de service public pendant la période du confinement, Gérard Gazay reste muet quant à l’octroi d’une prime exceptionnelle évoquée par l’exécutif national. En revanche, il a pris la décision de soustraire six jours de congés à l’ensemble du personnel municipal.

Ville Aubagne : le dialogue dans l’impasse malgré la crise

Malgré la crise sanitaire et ses conséquences sur la continuité du service public, l’administration municipale sous la direction de Gérard Gazay continue de snober les représentants du personnel et la gestion autoritaire des « ressources humaines », loin de rassurer les agents, entretient un climat anxiogène malvenu dans cette période inédite.

Seul, envers et contre tous

Alors que la crise sanitaire requiert solidarité et intelligence collective afin de permettre à chacun d’entre nous d’affronter cette période particulièrement anxiogène, Gérard Gazay continue à refuser obstinément de dialoguer avec les élus du personnel municipal. Dans un communiqué commun les représentants CGT des agents territoriaux d’Aubagne dénoncent cette posture de monarque et alertent sur les conditions sanitaires de la réouverture des écoles.

Covid-19 : les masques tombent !

Des centaines de millions de masques vendus par la grande distribution à grand renfort de communication tapageuse. Où étaient-ils, quand les soignants et les patients risquaient leurs vies à cause du coronavirus ? C’est la question posée par sept Ordres des professions de santé qui, dans un communiqué publié le 30 avril, expriment leur consternation et leur dégoût. L’heure viendra, ils l’espèrent, de rendre des comptes.

Services municipaux et crise sanitaire : y a t-il un pilote dans l’avion ?

Y a t-il un pilote dans l’avion ? c’est la question que se posent les élus du personnel au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) de la Ville d’Aubagne en l’absence d’informations concernant le Plan de Continuité d’Activité et la gestion de la crise sanitaire dans le service public municipal. Depuis le début du confinement, rien ou presque – hormis une leçon d’éducation sur les gestes barrières –  n’a été communiqué par la Direction des Ressources Humaines.

COVID19 : L’urgence est à assurer la santé des agents et usagers, pas à saccager leurs droits !

La CGT Fonction publique salue le courage et le sens civique de toutes celles et ceux qui sont à leur poste pour assurer la réponse aux besoins essentiels de la population. Elle condamne fermement le double discours du Gouvernement qui, tout en rendant hommage aux agents des services publics, profite de la situation pour s’attaquer à leurs droits et dégrader leurs conditions de travail.

La santé n’a pas de prix

La crise sanitaire passée, il faudra que le gouvernement prenne ses responsabilités afin que les professionnels hospitaliers et des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, privé et public, puissent assurer leur mission dans les meilleures conditions. Elles et ils n’oublient pas qu’avant cette crise le gouvernement a fermé 4418 lits d’hospitalisation dans notre pays ces deux dernières années, dégradant les conditions de travail et la qualité de la prise en charge.