Archives de Catégorie: on en parle

Castaner déclenche une procédure pénale contre l’affiche d’Info’Com-CGT

Le ministre de l’Intérieur Castaner, vient de déclencher une procédure pénale contre le syndicat Info’Com-CGT, en nom de son secrétaire général qui doit se présenter à la police judiciaire le 18 mars prochain. En cause une affiche du syndicat en réaction aux violences policières exercées sur des mineurs. Une pétition est en ligne contre la criminalisation de l’action syndicale et pour la liberté d’expression.

Lire la suite

Avec la réforme, « les justiciables aisés auront une justice à leur service, les classes populaires en seront exclues »

La « justice du 21ème siècle » commence à ressembler à un cauchemar pour l’égalité des droits et la démocratie. Le Syndicat des avocats de France, comme de nombreux acteurs du monde judiciaire, est vent debout contre le projet de réforme de la justice portée par la Garde des Sceaux Nicole Belloubet et discutée à l’Assemblée nationale.

Lire la suite

Road movie dans la France d’aujourd’hui

Inspiré par le mouvement des gilets jaunes, le député-reporter François Ruffin a décidé de réaliser un film pour montrer le vrai quotidien des manifestants. Co-réalisé avec Gilles Perret, « J’veux du soleil » est diffusé en avant-première, en présence de l’équipe du film, dimanche 3 mars au cinéma 3 Casino à Gardanne en attendant sa sortie nationale le 3 avril.

Lire la suite

Hommages sous conditions

On aurait pu croire qu’avait été encouragée, au-delà de toute conviction politique, comme cela se fait souvent dans ces circonstances, la présence du personnel communal à l’hommage public rendu à l’ancien Député-maire d’Aubagne Jean Tardito très apprécié de ses concitoyens et en son temps du personnel municipal. C’était sans compter sur le mépris et l’indécence de certains responsables administratifs trop zélés.

Lire la suite

L’Humanité, un grand journal en danger

Le journal communiste a été contraint de se déclarer en cessation de paiements auprès du tribunal de commerce de Bobigny. Dans l’incapacité de payer ses 175 salariés parce qu’il n’est soutenu ni par le patronat ni par les magnats de la publicité, le quotidien a demandé au régime de garantie des créances des salariés d’assurer le paiement des équipes, ouvrant une période critique qui pourrait conduire à la fermeture du journal emblématique créé par Jean Jaurès en 1904.

Lire la suite
« Entrées précédentes