Accéder au contenu principal
Média d'information du syndicat cgt du personnel de la ville d'aubagne

Coronavirus Solidarité Aubagne : Le masque et la plume

À l’origine de nombreuses initiatives pour aider les Aubagnais à traverser la crise sanitaire et sociale, le groupe « Coronavirus Solidarité Aubagne » mobilise parmi ses bénévoles des « écrivains publics » pour les accompagner cette fois dans leurs démarches administratives importantes pour le maintien ou l’ouverture de leurs droits sociaux.

Grande collecte solidaire

Le Cercle de l’Harmonie, Coronavirus Solidarité Aubagne, Rassemblé·e·s pour Aubagne et l’Union locale des syndicats CGT organisent une grande collecte solidaire le 6 juin au profit du Secours Populaire, de la Maison du Partage, d’Urgences et Solidarités.

Vote par procuration : il est encore temps

Que vous soyez en vacances, retenu pour des raisons professionnelles, empêché pour diverses raisons, le vote par procuration vous concerne. La procuration peut être établie jusqu’au dernier moment (même si en pratique il faut le temps que celle-ci soit acheminée jusqu’à la mairie).

Ville d’Aubagne : « Ce n’était pas une partie de plaisir »

Alors que nombre d’agents municipaux ont continué à assurer leurs missions de service public pendant la période du confinement, Gérard Gazay reste muet quant à l’octroi d’une prime exceptionnelle évoquée par l’exécutif national. En revanche, il a pris la décision de soustraire six jours de congés à l’ensemble du personnel municipal.

La République des Scélérats

La pandémie, si elle a été suivie d’un cortège mortel, a révélé, dissimulés sous le voile opaque de la république des scélérats qui nous gouvernent, les symptômes d’une maladie autrement plus toxique que le Covid-19 : celle d’un système d’exploitation des ressources naturelles et humaines avide et dangereux, un système dont personne n’est encore parvenu à contourner toutes les protections.

Agents territoriaux : la prime exceptionnelle (enfin) au JO

Attendu, le versement d’une prime exceptionnelle aux agents de la fonction publique territoriale soumis à des sujétions exceptionnelles pour assurer la continuité des services publics dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire déclaré pour faire face à l’épidémie de Covid-19 a été publié le 15 mai au Journal officiel.

Ville Aubagne : le dialogue dans l’impasse malgré la crise

Malgré la crise sanitaire et ses conséquences sur la continuité du service public, l’administration municipale sous la direction de Gérard Gazay continue de snober les représentants du personnel et la gestion autoritaire des « ressources humaines », loin de rassurer les agents, entretient un climat anxiogène malvenu dans cette période inédite.

Covid-19 : les masques tombent !

Des centaines de millions de masques vendus par la grande distribution à grand renfort de communication tapageuse. Où étaient-ils, quand les soignants et les patients risquaient leurs vies à cause du coronavirus ? C’est la question posée par sept Ordres des professions de santé qui, dans un communiqué publié le 30 avril, expriment leur consternation et leur dégoût. L’heure viendra, ils l’espèrent, de rendre des comptes.

Marseille : La Chute du Monstre

Prix Albert-Londres 2014 pour « Quartiers Shit », une série d’articles parus dans La Marseillaise, Philippe Pujol dénonce dans « La chute du monstre » une ville gangrénée par la corruption et l’incompétence.

Les raisins de la misère

La journaliste Ixchel Delaporte découvre un jour que la région de Bordeaux, réputée mondialement pour ses grands crus et la beauté de ses paysages, est aussi connue, moins favorablement, pour son « couloir de la pauvreté ».

Services municipaux et crise sanitaire : y a t-il un pilote dans l’avion ?

Y a t-il un pilote dans l’avion ? c’est la question que se posent les élus du personnel au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) de la Ville d’Aubagne en l’absence d’informations concernant le Plan de Continuité d’Activité et la gestion de la crise sanitaire dans le service public municipal. Depuis le début du confinement, rien ou presque – hormis une leçon d’éducation sur les gestes barrières –  n’a été communiqué par la Direction des Ressources Humaines.