Accéder au contenu principal

Étiquette Gérard Gazay

Prime aux agents : Gérard Gazay fait volte-face

A t-il été sensible aux revendications légitimes des représentants Cgt du personnel municipal ou s’agit-il d’une posture électoraliste? Toujours est-il que, dans un revirement total, le maire d’Aubagne promet de verser une prime aux agents municipaux mobilisés pendant la crise sanitaire et de n’appliquer aucune retenue sur les RTT ou les congés payés.

Ville d’Aubagne : « Ce n’était pas une partie de plaisir »

Alors que nombre d’agents municipaux ont continué à assurer leurs missions de service public pendant la période du confinement, Gérard Gazay reste muet quant à l’octroi d’une prime exceptionnelle évoquée par l’exécutif national. En revanche, il a pris la décision de soustraire six jours de congés à l’ensemble du personnel municipal.

Ville Aubagne : le dialogue dans l’impasse malgré la crise

Malgré la crise sanitaire et ses conséquences sur la continuité du service public, l’administration municipale sous la direction de Gérard Gazay continue de snober les représentants du personnel et la gestion autoritaire des « ressources humaines », loin de rassurer les agents, entretient un climat anxiogène malvenu dans cette période inédite.

Seul, envers et contre tous

Alors que la crise sanitaire requiert solidarité et intelligence collective afin de permettre à chacun d’entre nous d’affronter cette période particulièrement anxiogène, Gérard Gazay continue à refuser obstinément de dialoguer avec les élus du personnel municipal. Dans un communiqué commun les représentants CGT des agents territoriaux d’Aubagne dénoncent cette posture de monarque et alertent sur les conditions sanitaires de la réouverture des écoles.

Outrances, vous avez dit outrances…

Chacun a pu le constater l’actuel maire d’Aubagne Gérard Gazay n’est pas ce que l’on appelle un modèle de modération malgré ses appels réguliers à la « bienveillance ». Cela ne l’empêche pas de fustiger ce qu’il appelle les « outrances » de notre organisation syndicale. Nous avons voulu lui rappeler qu’en matière d »outrances » il n’était pas le dernier.

Aubagne : la jeunesse écartée des projets

Y a t-il une volonté de fermer le Point Information Jeunes ? C’est la question qui a été posée au maire d’Aubagne par les représentants CGT du personnel municipal. Dans un courrier adressé à Gérard Gazay, ils s’inquiètent du sort réservé à ce service municipal dont le déménagement acté en décembre contre l’avis des représentants du personnel soulève de nombreuses interrogations.

Ville d’Aubagne : 38 agents promus au cadre d’agent de maîtrise

Il a fallu 6 mois, 6 mois depuis le premier report de la Commission Administrative Paritaire (CAP) du 28 juin 2019 et la mobilisation des agents, 6 mois d’âpres négociations, pour que les représentants CGT du personnel municipal obtiennent enfin que le nombre d’agents promouvables au grade d’agent de maîtrise, promotion sans quota, soit revu fortement à la hausse.

Ville d’Aubagne : à propos du « devoir d’exemplarité »

À chaque fois que l’occasion lui est donnée – ce fut le cas lors des vœux au personnel municipal – le Directeur général des services de la Ville d’Aubagne ne manque pas de rappeler aux agents municipaux leur devoir d’exemplarité. Le 15 janvier, en préambule à la réunion de la Commission Administrative présidée par Gérard Gazay, les représentants CGT du personnel ont rappelé que l’exemplarité était aussi du devoir des élus municipaux. Nous publions cette déclaration dans son intégralité.

La Poste de Central-Parc ne doit pas fermer

À l’appel de plusieurs organisations dont la fédération CGT des Activités Postales et de Télécommunications, un rassemblement est organisé le 17 décembre au Conseil municipal d’Aubagne pour remettre au maire Gérard Gazay une pétition réclamant la réouverture du bureau de Poste du quartier de Central-Parc.

CAP : les mondes parallèles

La CAP du 16 octobre a mis en évidence l’existence de deux mondes parallèles, avec d’un côté des élus du personnel réclamant un traitement équitable des dossiers de promotion et, de l’autre, un directeur général des services ajoutant à la suffisance des élus de la majorité municipale, le regard plongé dans leurs smartphones, la vulgarité d’un deal.